IL PRINCIPE – Machiavelli Il Principe fu composto tra l’Agosto e il Dicembre 1513, durante l’esilio di Machiavelli di San Casciano. Testo originale con la versione in italiano di oggi di, Il Principe riscritto in italiano moderno. È stata sempre consuetudine dei Principi edificare fortezze che siano il freno contro quelli che tramano contro di loro. Enfin, un autre point important réside dans la division de la cité en deux humeurs antagonistes, celle du peuple et celle des grands. Ainsi, en 1807, Ugo Foscolo célèbre Machiavel dans son poème Sepulcri[73], en insistant sur le message patriotique du Prince[74] dans le contexte du Risorgimento italien[75],[76]. Celui-ci devra donc s'employer au premier chef à acquérir tous les moyens militaires, économiques et juridiques qui garantiront sa force. Tutte queste cose dette fanno sembrare un Principe nuovo come antico e lo rendono subito più sicuro. I critici risorgimentali sostennero la tesi che il Principe fosse una specie di manuale delle nefandezze della tirannide, celebre l'immagine del Foscolo dei Sepolcri ("quel grande che temprando lo scettro ai regnatori gli allor ne sfronda ed alle genti svela di che lagrime grondi e di che sangue"). Or, en politique, celle-ci concerne avant tout le conflit entre les hommes et la nécessité de réguler par les moyens les plus efficaces leurs relations. chap. De la libéralité et de la parcimonie, XVII. Anche le armi miste, sebbene superiori sia alle mercenarie che alle ausiliarie, sono dannose e di molto inferiori alle proprie. Mais il n'en va pas ainsi. L'entourage que le prince a choisi permet d'estimer ses capacités : on estime ainsi Pandolfo Petrucci de Sienne pour son secrétaire Antonio Giordano. Édition revue et corrigée par Joël Gayraud et Jérôme Vérain, postface de Joël Gayraud, éditions Mille et une nuits, Paris, 2003. « En un mot, les bons conseils, de quelque part qu’ils viennent, sont le fruit de la sagesse du prince. Tale aforisma potrebbe, forzandone l'interpretazione, essere dedotto in questo passaggio: «... e nelle azioni di tutti li uomini, e massime de’ principi, dove non è iudizio da reclamare, si guarda al fine. Così è la Fortuna e volge il suo impeto dove la virtù non è preposta a resisterle. Ma non si trova un uomo così prudente da sapersi accomodare alla sorte, sia perché non può deviare dalla strada indicatagli dalla natura sua, sia perché essendo stato sempre fortunato nella sua via, non si può persuadere di cambiarla di punto in bianco; e perciò rovina. La crudeltà e la pietà: se è meglio essere amato o temuto, XVIII. Pour évaluer ce soutien du peuple, le prince ne peut se fier sur le temps de paix, car c'est dans le moment de l’adversité qu’il aura besoin des citoyens ; il doit donc « imaginer et établir un système de gouvernement tel, qu’en quelque temps que ce soit, et malgré toutes les circonstances, les citoyens aient besoin de lui ». De militibus auxiliariis, mixtis et propriis. VI), Machiavel explore l'exemple plus ambigu de César Borgia, car celui-ci qui n'était prince que par fortune, « perdit sa principauté aussitôt que cette même fortune ne le soutint plus, […] quoiqu’il n’eût rien négligé de tout ce qu’un homme prudent et habile devait faire pour s’enraciner profondément dans les États ». De même, en 1762, Rousseau cite dans le Contrat social Machiavel comme celui qui a montré l'intérêt des princes à opprimer le peuple[68],[69]. Parce que l'ouvrage ne donnait pas de conseils moraux au prince comme les traités classiques adressés à des rois, et qu'au contraire il conseillait dans certains cas des actions contraires aux bonnes mœurs, il a été souvent accusé d'immoralisme, donnant lieu à l'épithète machiavélique. chap. Commento: Il principe 2014 di Niccolo Machiavelli. Car par le gouvernement ancien & François, le Royaume estoit maintenu en paix & tranquillité sous l’observation des anciennes loix, sans guerre domestique florissant & jouissant du libre commerce ; & les sujets estoyent maintenus en la jouissance de leurs biens, estats, franchises, & libertez. La politique doit s'exercer en tenant compte des réalités concrètes, ce qui fait nécessairement passer la morale au second plan, et d'une marge de liberté entre la contingence de l'histoire (la fortuna) et le caractère cyclique et éternel de celle-ci. Dans le cas d'un conflit voisin, le prince doit toujours prendre parti : celui qui ne se déclare pas a l'ingratitude du vaincu sans la gratitude du vainqueur — comme les Romains le dirent aux Achéens pour les convaincre de prendre leur parti contre Antiochus : « vous demeurez le prix du vainqueur sans vous être acquis la moindre gloire, et sans qu’on vous ait la moindre obligation[21] » — ; au contraire, si ce sont deux forces puissantes, s'allier à l'une apportera sa gratitude si elle vainc, son soutien si elle est vaincue ; si ce sont deux forces faibles, s'allier à l'une la rend victorieuse et donc dépendante, et c'est aussi l'occasion d'éliminer l'autre force. Da una parte è vero che nel periodo umanista si erano molto diffusi i trattati sul sovrano ideale, anche chiamati speculum principis (ossia specchi del principe), i quali elencavano tutte le virtù che un sovrano avrebbe dovuto avere per poter governare correttamente, prendendo spunto dalla storia e dai classici latini e greci. E perciò il Principe che si sia basato esclusivamente sulle loro promesse, rovina. Ainsi nous sommes très redevables à Machiavel et à d'autres, qui ont écrit ce que les hommes font, et non ce qu'ils doivent faire[45]. I Principati possono a loro volta essere ereditari oppure nuovi. Per esperienza molte congiure sono andate a cattivo fine perché un congiurato non può essere solo, né può avere compagni, se non fra i malcontenti: e quando hai rivelato a un malcontento la tua intenzione gli dai modo di contentarti. Alcuni si sono procurati inimicizie, altri si sono dedicati a guadagnarsi i loro nemici; alcuni hanno costruito fortezze, altri le hanno distrutte. C'est là qu'il écrit le Prince. Noté /5: Achetez Il principe de Machiavelli, Niccolò: ISBN: 9788818031119 sur amazon.fr, des millions de livres livrés chez vous en 1 jour Ma quando un Principe ha alle sue dipendenze un esercito, deve farsi il nome di crudele perché senza questo non si tengono uniti gli eserciti né disposti ad alcuna impresa (es. Ses plans pour l’avenir, qui doivent lui permettre de s’affranchir des Français et surtout de ne plus dépendre du soutien de son père pour « se trouver en état de résister par lui-même à un premier choc », prévoient de prendre Pise, puis Lucques et Sienne, puis Florence, c'est-à-dire toute la Toscane ; ces plans, « il en serait venu à bout dans le courant de l’année où le pape mourut », mais il ne peut résister à cette mort précoce, combinée à sa propre maladie et aux deux armées qui le prennent en étau. E a chi obbietta: se il popolo ha possedimenti al di fuori del castello e li vedrà bruciare, stanco del lungo assedio, si dimenticherà del suo signore, l'Autore risponde che un Principe potente e virtuoso saprà sempre come cavarsela, ad es. Dans une lettre à Louis Kergorlay, datée du 5 août 1836, il s'exprime en ces termes : "Machiavel est le grand-père de M. Thiers. Mais maintenant par le gouvernement Italien & moderne les bonnes & anciennes loix du royaume sont abolies & aneanties, les guerres cruelles sont entretenues en France, les paix toujours rompues, le peuple ruiné & mangé, le commerce aneanty. Au contraire, si l’État conquis était déjà sous le règne d’un prince, ses habitants étant déjà « façonnés à l’obéissance », ils accueilleront un conquérant sans difficulté si s'éteint la lignée de leur prince. Perciò scrisse al suo tutore che vi voleva ritornare in modo solenne. Considerando la storia di Agatocle non si potrà attribuire al Principato la fortuna, avendosi egli guadagnato i gradi della milizia con i suoi sacrifici. Mais Machiavel attribue cela à des « causes supérieures » qu’il ne se permet pas de développer. But apart from this, the more astute public, which could not fall to notice the genius of Machiavelli’s works yet was too morally inclined to approve of his principles, nevertheless wished, in a well-meaning way, to rescue him [from his detractors]. Soit c’est un homme du peuple choisi par les grands « pour pouvoir, à l’ombre de son autorité, satisfaire leurs désirs ambitieux », soit c'est un grand choisi par le peuple pour le protéger. di regno ben ordinato, la Francia). Nel primo caso deve essere moderato, nell'altro caso non si deve far scrupolo di essere liberale per non essere contrariato dai soldati. En France, Charles VII augmenta la valeur de son armée en formant dans son royaume « des compagnies réglées de gendarmes et de fantassins », mais son fils Louis XI l’amoindrit en usant des forces auxiliaires suisses dont l’armée française est désormais dépendante. Non si meravigli il Lettore degli esempi famosi perché bisogna sempre imitare le orme dei grandi, di quelli che hanno eccelso in quel campo. Pourquoi les princes d’Italie ont perdu leurs États, XXV. Lo stile è quello tipico di Machiavelli, cioè molto concreto in quanto deve essere in grado di fornire un modello immediatamente applicabile, non sono presenti particolari ornamentazioni retoriche, piuttosto fa massiccio uso di paragoni e similitudini (come la metafora del centauro per evidenziare l'unione tra fisicità, energia e intelligenza che insieme costituiscono la virtù di Machiavelli) e metafore tutte basate sulla concretezza, per esempio le metafore arboree spesso presenti. Non si lasci passare questa occasione intentata, in modo che l'Italia abbia finalmente il suo redentore. In entrambi i casi gli sarà sempre più utile scoprirsi e combattere, perché, nel primo caso, se non si scopre, sarà vittima del vincitore, con piacere dello sconfitto, e nemmeno si ha ragione per difendersi, perché chi vince non vuole amici sospetti, e chi perde non accoglie più siccome non si è voluto aiutarlo nelle avversità. Le prince exerce tout d'abord son corps à la guerre, notamment par l’exercice de la chasse, qui l’« endurcit à la fatigue » et lui fait la géographie de son pays — « l’assiette des lieux, l’élévation des montagnes, la direction des vallées, le gisement des plaines, la nature des rivières et des marais » —, ce qui lui permettra à la fois de le défendre en cas d'attaque et de se familiariser avec la tactique militaire en général, en imaginant dans le paysage des positions adverses, comme le faisait Philopœmen lors de ses promenades. », « peuvent résulter […] sa conservation et son bien-être », « il sera réputé libéral par tous ceux, en nombre infini, auxquels il ne prendra rien », « à mesure qu’on l’exerce, on perd la faculté de l’exercer encore : on devient pauvre, méprisé, ou bien rapace et odieux », « rétablit l’ordre et l’union dans la Romagne », « Un prince bien avisé ne doit point accomplir sa promesse lorsque cet accomplissement lui serait nuisible, et que les raisons qui l’ont déterminé à promettre n’existent plus. Mais le prince ne peut éviter en même temps tous les vices ; il doit donc se forcer d’éviter les vices « qui lui feraient perdre ses États », et seulement « s’il le peut » éviter les autres vices ; d’ailleurs, de même que certaines vertus sont néfastes pour le prince, de même de certains vices « peuvent résulter […] sa conservation et son bien-être ». Ainsi, Claude Lefort donne à l'ouvrage le double statut de pensée profonde et de pensée première. Machiavel analyse ensuite plus précisément le lien du prince à la fortune : s'il s'en remet à elle, il tombera avec elle ; sinon, il peut être circonspect ou impétueux, patient ou non, employer la violence ou l'artifice. E come la donna la fortuna è usualmente amica dei giovani, perché sono meno rispettosi e più aggressivi. Dédicace : Nicolas Machiavel à Laurent II de Médicis, I. Combien il y a de sortes de principautés, et par quels moyens on peut les acquérir, IV. Le prince doit se défendre contre les attaques extérieures, pour cela il lui suffit de bonnes armes, et contre les conjurations, pour cela il lui suffit d’avoir le soutien de son peuple. quelli dell', la capacità di mostrare la necessità di un governo per il benessere del popolo, es. Insomma nelle mercenarie è più pericolosa l'ignavia, nelle ausiliarie la virtù. Questa è una regola infallibile: un Principe che non è savio per sé stesso, non può essere consigliato bene, a meno che fortuitamente si rimettesse completamente nelle mani di uno solo che fosse prudentissimo. » Il établit d’abord qu'on loue ou blâme le prince selon qu’il est généreux ou rapace (cf. Perciò un Principe savio deve fare in modo di tenersi obbligato il popolo in pace e in guerra; e poi lo avrà sempre fedele. L'Autore rivolge ora la sua esortazione alla Casa Medici, favorita da Dio e dalla Chiesa. Machiavelli concepisce la religione come instrumentum regni, cioè un mezzo con cui tenere salda e unita la popolazione nel nome di un'unica fede. Machiavel finit par l’évocation des fourberies de Ferdinand II d’Aragon[19]. Louis Althusser, dont Machiavel fut une source d'inspiration importante, fait suite à ces analyses[89]. Senza l'occasione, la virtù sarebbe spenta e senza la virtù l'occasione sarebbe venuta meno. Si cette œuvre vous est agréable, ce sera uniquement par la gravité et la matière du sujet, Nicolaus Maclavellus ad magnificum Lavrentium Medicem, « connaissance des actions des hommes célèbres », « quelque puissance qu’un prince ait par ses armées, il a toujours besoin, pour entrer dans un pays, d’être aidé par la faveur des habitants », « pour les posséder en sûreté, il suffit d’avoir éteint la race du prince qui était le maître ; et si, dans tout le reste, on leur laisse leur ancienne manière d’être, comme les mœurs y sont les mêmes, les sujets vivent bientôt tranquillement », « Maintenant si nous considérons la nature du gouvernement de Darius, nous trouverons qu’il ressemblait à celui de la Turquie : aussi Alexandre eut-il à combattre contre toutes les forces de l’empire, et dut-il d’abord défaire le monarque en pleine campagne [lors de la, « leur laisser leurs lois, se bornant à exiger un, « Quelque précaution que l’on prenne, quelque chose que l’on fasse, si l’on ne dissout point l’État, si l’on n’en disperse les habitants, on les verra, à la première occasion, rappeler, invoquer leur liberté, leurs institutions perdues, et s’efforcer de les ressaisir. « Maintenant si nous considérons la nature du gouvernement de Darius, nous trouverons qu’il ressemblait à celui de la Turquie : aussi Alexandre eut-il à combattre contre toutes les forces de l’empire, et dut-il d’abord défaire le monarque en pleine campagne [lors de la bataille de Gaugamèles] ; mais, après sa victoire et la mort de Darius, le vainqueur, par les motifs que j’ai exposés, demeura tranquille possesseur de sa conquête. « je m'amuse encore à l'augmenter et à le polir », « Il s’arrête soudainement, pour rédiger un opuscule de quatre-vingts pages dont il aurait eu l’intuition en cultivant un champ », « Je ne traiterai point ici des républiques, car j’en ai parlé amplement ailleurs ». Ma, una volta venuti alle armi, non risaltano positivamente. Le prince peut être cruel pour éviter les maux pires encore du désordre, notamment dans les débuts de son règne.